Fatima-Ezzahra L'Faqihi-Olive récompensée par le CNRS

29 novembre 2017

Mardi 28 novembre 2017 à l'espace Vanel à Toulouse, Fatima-Ezzahra L'Faqihi-Olive, ingénieure de recherche à l'université Toulouse III - Paul Sabatier, responsable du plateau technique de cytométrie et tri cellulaire du CPTP, recevait la médaille de Cristal du CNRS de la main de Jean-Antoine Lepesant, chargé de mission communication à l'INSB. « Une médaille très sélective » précise-t-il.

C'est un livre d'Isadora Duncan, une danseuse américaine qui révolutionna la pratique de la danse, que Fatima a choisi comme objet lui tenant à cœur pour la cérémonie de remise des médailles du CNRS 2017. Pour trois raisons : son parcours admirable, sa passion indéniable et l'école de danse Isadora Duncan située à Meudon, au même endroit qu'une partie des locaux du CNRS. Et la boucle est bouclée.

Si Fatima n'avait pas travaillé dans la recherche, elle aurait probablement fait de la danse son métier.

Elle est un membre actif de l'Association française de cytométrie. Elle enseigne à l'université en master d'immunologie. Elle a développé ces dernières années  plusieurs techniques de pointe de cytométrie, comme la technique de FRET et le Fluorescent Cell Barcoding, qui font l'objet de publications notamment dans l’ouvrage " La cytométrie en flux " à paraître prochainement aux éditions Lavoisier.

Elle remercie le Pr Roland Liblau d'avoir proposé sa candidature pour cette médaille prestigieuse et rappelle l'importance des ITA dans l'accompagnement de la recherche incitant la communauté scientifique à soutenir ce corps de métiers.

Quand le journaliste lui demande ce qu'elle aime le plus dans son métier, Fatima répond : « Ce qui me fait le plus aimer mon métier c’est que j’apprends tous les jours. Il y a une phrase que j’aime beaucoup qui n’est pas de moi mais du peintre Pierre Soulages qui dit : " ce que je fais m’apprend ce que je cherche". Je détournerais volontiers cette phrase pour dire " ce que je fais au quotidien sur le plateau de cytométrie m’apprend ce que les chercheurs du CPTP cherchent ". Je pense qu’avec cette phrase j’ai tout dit ».

 

Photo : © Nadia Vujkovic


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes