Marie-Odile Magana

« Je suis rentrée à l’Inserm en 1981 en tant qu’adjointe administrative en répondant tout simplement à une annonce d’embauche. A cette époque, il y avait un côté plus familial, on connaissait tout le monde, chaque nom avait un visage, tout était à petite échelle. Mais l’Inserm s’est développé, toujours en conservant un état d’esprit qu’on a beaucoup de chance d’avoir : celui d’être à l’écoute des chercheurs et disponible pour le monde de la recherche.

Le changement ne me dérange pas, on s’adapte ! Nous sommes passées de 6 à 30 dans le service et chaque nouvelle personne qui arrive est une nouvelle ouverture, avec une expérience enrichissante et toujours beaucoup de sérieux. L’administration a également beaucoup changé, mais toujours en conservant le même dynamisme. La délégation est un roc pour les chercheurs et nous avons de très bons retours, c’est ce qui donne envie de continuer.

Je suis ravie de l’évolution ! A l’époque, on remplissait les factures à la main et une fois par semaine, on les envoyait à l’agence comptable à Paris. Tout se gérait à Paris, il y avait peu d’autonomie et de prises de décision dans les délégations. Et puis il y a eu l’informatique ! Son arrivée a été véritablement marquante pour moi. L’informatique en réseau, de passer du papier à l’électronique, j’ai même suivi une formation à Lyon afin d’être capable d’apprendre aux membres de la délégation les différents outils du réseau. C’était une révolution. Un bouleversement excitant et intéressant.

J’ai aussi connu les 20 ans de l’Inserm en 1984, où on avait installé, sur la place du Capitole un grand chapiteau et où tous les personnels des différentes unités, ainsi que beaucoup de jeunes, étaient venus. L’évènement était ouvert au grand public et François Mitterrand en personne était venu nous rendre visite.

L’Inserm fait entièrement partie de ma vie car c’est la 33ème année que je travaille pour cet Institut. Mon travail en tant que gestionnaire des ressources externes est parfois répétitif, mais il y a de nombreuses choses intéressantes qui me sont aussi proposées pour pallier cela. On ne nous empêche pas d’évoluer, on ne se sent pas bloqué, on fait tous partie d’une grande famille. Je suis bien ici avec mes collègues, les anciennes et les nouvelles. J’aime venir travailler tous les matins à la délégation !

Photographie ©Inserm

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes