Sophie Allart

Ingénieure de recherche, Sophie Allart est responsable du plateau technique d’imagerie cellulaire du Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan. Attachée à l’idée de travailler pour le bien de la communauté dans la santé publique, elle entre à l’Inserm en 1994, après des études en biochimie à l’INSA de Lyon. D’abord ingénieure d’études, elle interrompt son activité pour entreprendre une thèse en immuno-virologie, qu’elle soutiendra en 2003. En 2005, elle opère une reconversion et est recrutée à son poste actuel, en tant qu’ingénieure de recherche.

Attirée par le milieu de la recherche scientifique, elle découvre sa vocation en faisant un stage de fin d’études dans la recherche privée, où elle développe un fort intérêt pour la vie de laboratoire. « Avec la recherche, il y a toujours un intérêt intellectuel et scientifique, on ne s’ennuie jamais » glisse-t-elle lorsqu’on l’interroge sur son travail au quotidien. Si elle constate une évolution des métiers de la recherche et de son accompagnement, elle observe aujourd’hui que la recherche demeure toujours une affaire de passionnés. « Ce sont des métiers difficiles, il est compliqué de rentrer à l’Inserm. Et quand on y est, on ne compte pas ses heures. »

Travaillant à l’Inserm depuis maintenant vingt ans, elle voit d’un bon œil les évolutions récentes de l’Inserm, notamment en matière de communication interne. « Avant, il manquait à l’Inserm une culture d’entreprise. Désormais, les choses changent grâce au magazine Science et santé ou aux célébrations des 50 ans de l’Inserm ». Nul doute que cela participe du bon développement de l’Inserm dans les années à venir.

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes